La Semaine Vétérinaire n° 1890 du 12/03/2021

DOSSIER

DENISE REMY, PROFESSEUR D’ÉTHIQUE ET DE CHIRURGIE À VETAGRO SUP, A ÉTÉ LA PREMIÈRE ENSEIGNANTE À ENCADRER DES TRAVAUX DE THÈSE DE MÉDECINE LÉGALE1. ELLE INSISTE D’AILLEURS TOUJOURS SUR L’UTILISATION DU TERME DE MÉDECINE LÉGALE VÉTÉRINAIRE, ET NON CELUI DE MÉDECINE FORENSIQUE, LA MÉDECINE LÉGALE AYANT EN FRANCE UNE LONGUE ET PRESTIGIEUSE TRADITION EN MÉDECINE HUMAINE, AVEC DES INSTITUTS DE MÉDECINE LÉGALE ILLUSTRES.

Quel enseignement les étudiants en médecine légale reçoivent-ils actuellement ? Pour l’instant, l’enseignement est morcelé, c’est-à-dire informel, en ce sens qu’il n’est pas regroupé, formalisé, dans une unité d’enseignement dédiée et intitulée « médecine légale vétérinaire ». Les étudiants reçoivent une formation, à la fois dans leurs modules d’éthique (cours et TD) et dans leurs différents modules d’ana-path (cours et travaux cliniques en salle d’autopsie). Et demain ? Dès la rentrée universitaire 2021, [avec Sara Belluco et Antonin Tortereau], nous allons offrir à VetAgro Sup un enseignement ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr