La Semaine Vétérinaire n° 1890 du 12/03/2021

DOSSIER

ANNE-CLAIRE GAGNON

L’UTILITÉ DE LA MÉDECINE LÉGALE VÉTÉRINAIRE A RÉCEMMENT ÉTÉ MISE EN LUMIÈRE LORS DES SOUPÇONS DE MUTILATIONS DES CHEVAUX, SOULIGNANT LA CARENCE DE L’APPRENTISSAGE SPÉCIFIQUE DES PRATICIENS. À L’INSTAR D’AUTRES PAYS, SON ENSEIGNEMENT PREND FORME EN FRANCE.

La médecine légale vétérinaire n’a pas de définition, puisqu’elle est une partie de l’anatomie-pathologie. En clientèle, le vétérinaire peut être en présence, lors d’une consultation, d’un animal auteur d’une agression (qui peut être de la légitime défense, par exemple lors de coups, zoophilie, etc.), victime ou témoin de violences au sein d’un foyer où d’autres violences domestiques sont commises. Enfin l’animal peut être présent sur une scène de crime, et les compétences légistes d’un vétérinaire peuvent être requises par les ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK