La Semaine Vétérinaire n° 1890 du 12/03/2021

DOSSIER

Notre consœur témoigne dans trois cas qui font l’objet d’un commentaire dédié. Attention, les faits relatés ci-dessous contiennent des éléments pouvant heurter la sensibilité.

Cas n° 1 « 11 h du matin, la gendarmerie appelle pour solliciter mon intervention dans le cadre d’une plainte déposée par une femme contre son mari. Au téléphone, le gendarme évoque des sévices sexuels impliquant un chien. J’apprendrais par la suite que l’homme a violé sa femme en utilisant le chien. On m’explique qu’on attend de moi un examen du chien et que c’est la dame qui l’amènera. Elle sera accompagnée par les gendarmes jusqu’à ma salle de consultation, mais je serais seule ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK