La Semaine Vétérinaire n° 1889 du 05/03/2021

REPRODUCTION

PRATIQUE CANINE FÉLINE NAC

FORMATION

MYLÈNE PANIZO

CONFÉRENCIÈRE

LAETITIA JAILLARDON, Dipl. ECVCP, maître de conférences en pathologie clinique, responsable LDHVet (LabOniris).

Article rédigé d’après une présentation faite au e-congrès de l’Association française des vétérinaires pour animaux de compagnie (Afvac) en décembre 2020.

La rémanence ovarienne est la réapparition des signes de chaleurs chez des femelles stérilisées. Elle surprend toujours les propriétaires, qui ont tendance à remettre en cause les compétences du vétérinaire. Son incidence est inconnue. Au laboratoire LDHVet/ LabOniris, entre 300 et 500 cas sont observés chaque année. Lors d’une stérilisation, il convient de toujours mentionner ce risque sur le consentement éclairé. Étiologie Environ 50 % des cas de rémanence ovarienne sont dus à la persistance d’un résidu ovarien lors de la stérilisation. Il ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr