La Semaine Vétérinaire n° 1886 du 12/02/2021

DOSSIER

TANIT HALFON

RECRUTER DEVIENT UN ENJEU D’AUTANT PLUS MAJEUR POUR LES ENTREPRISES VÉTÉRINAIRES QU’ELLES FONT FACE À UNE SITUATION DE PÉNURIE DE VÉTÉRINAIRES CANDIDATS. DANS CE CONTEXTE, PUBLIER UNE ANNONCE ET ATTENDRE D’ÉVENTUELS RETOURS NE SUFFIT PLUS : LE RECRUTEMENT IMPLIQUE D’ÊTRE PROACTIF ET DOIT ÊTRE VU COMME, À LONG TERME, UN PROJET GLOBAL D’ÉVOLUTION DE SON ENTREPRISE.

Un marché vétérinaire sous tension, avec plus d’offres que de demandes. « La principale difficulté dont me font part les vétérinaires praticiens est le manque, voire l’absence de réponses à leurs annonces de recrutement », constate Hélène Villarroya, consultante en gestion d’entreprise et dirigeante d’Adévet. Décalage entre les souhaits des candidats et les profils de postes proposés, recherche de salariat alors que de nombreuses cliniques proposent de la collaboration libérale, demande croissante de contrats de courte durée de la part des candidats, ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK