ENTRETIEN ANNUEL, LES CLÉS POUR LE RÉUSSIR - La Semaine Vétérinaire n° 1886 du 12/02/2021
La Semaine Vétérinaire n° 1886 du 12/02/2021

MANAGEMENT

ENTREPRISE

Auteur(s) : FRANÇOISE SIGOT

Bien que non obligatoire, l’entretien annuel est fortement recommandé. Il permet de se poser et de prendre le temps de dresser le bilan de l’année afin de comprendre les aspirations de ses troupes et de fixer les objectifs pour l’année. Un moment plus que précieux en ces temps où tout est chamboulé.

Ce devrait être un rendez-vous bien calé d’année en année, mais l’entretien individuel reste une pratique qui n’est pas encore de mise dans toutes les cliniques, même si, bien qu’il ne soit pas imposé par la loi, de plus en plus d’établissements l’organisent. À raison, car c’est un moment clé de la relation entre un employeur et ses équipes. En général annuel, c’est un temps de discussion entre le manager et le salarié. « Le but est de créer un échange, de faire le point sur l’activité de l’année écoulée », résume Armelle Guimon, consultante chez Taolia. Au cours de cet entretien, il s’agit donc de passer en revue les objectifs de l’année écoulée afin de vérifier s’ils ont été atteints. Pas seulement d’un point de vue quantitatif. Les difficultés ou au contraire la facilité à réaliser le travail, les compétences mobilisées pour atteindre ces objectifs, les éventuels besoins de formation qu’ils ont mis en évidence doivent bien évidemment faire partie des sujets abordés. La rémunération ne peut pas être ignorée. Ce faisant, l’entretien annuel permettra de faire le bilan des compétences du salarié, de fixer des objectifs et d’identifier les moyens à mettre en œuvre pour les atteindre. « Si on a en face de soi un collaborateur qui performe bien, on l’accompagne dans son développement. Si au contraire, on se retrouve face à quelqu’un qui a du mal, on voit ensemble comment l’aider à retrouver un bon niveau de performance », explique Armelle Guimon.

À préparer en amont

Pour parvenir à cet objectif, l’entretien annuel doit être préparé en amont par chacun des participants. Il est donc nécessaire de programmer au préalable le jour et la date auxquels se déroulera l’entretien et d’informer le collaborateur à l’avance. Il faut aussi se donner assez de temps pour pouvoir aborder chaque point. « Il est essentiel de s’installer dans un lieu clame où l’on ne sera pas interrompu », insiste la consultante. Pour être prêt, le manager doit être en mesure de reprendre les objectifs fixés lors du dernier entretien afin de faire le bilan et d’établir si ceux-ci ont été réalisés. Il doit aussi connaître les points forts et les points faibles de son collaborateur et savoir quels moyens ont été mis à sa disposition pour atteindre les objectifs qui lui ont été donnés. « C’est un moment où l’on peut présenter les objectifs que se fixe la clinique et les mettre en perspective. C’est aussi un moment où le salarié peut faire des propositions à son manager », explique Armelle Guimon. Ainsi, le parcours du salarié se coconstruit avec l’employeur durant cet entretien. Pour y parvenir, la forme est essentielle. Les sujets seront donc abordés lors d’une discussion calme, sans tabou, durant laquelle chacun pourra faire part de son point de vue et de son ressenti. À la fin de ce temps de discussion, certains employeurs optent pour un compte rendu écrit, certains salariés le souhaitent aussi. La pratique n’est pas formalisée, mais elle permet de laisser une trace écrite de ce qui a été verbalisé. C’est également un bon point de départ pour l’entretien de l’année suivante. Pour qu’un entretien annuel soit réussi, l’anticipation n’est pas seulement de mise quelques jours ou semaines avant l’entretien. « Normalement, tout ce qui se dit dans cet entretien doit déjà avoir été abordé tout au long de l’année au cours de feed-back réguliers. L’idée n’est pas que, tout à coup lors de l’entretien, le salarié découvre que son manager n’est pas satisfait de son travail, ni le contraire d’ailleurs », estime Armelle Guimon.

Distinguer rendez-vous annuel et professionnel

Un entretien peut en cacher un autre… En l’occurrence l’entretien professionnel qui, lui, est obligatoire. Il doit avoir lieu tous les deux ans, quels que soient la taille de l’entreprise et son secteur d’activité. Par ailleurs, tous les six ans, l’entretien professionnel doit dresser un bilan récapitulatif du parcours professionnel du salarié. Il s’agit de vérifier que le salarié a effectivement bénéficié des entretiens obligatoires prévus au cours des six dernières années. Son but est d’envisager les perspectives d’évolution professionnelle du salarié et les formations qui peuvent y contribuer. Et ce, pas forcément au sein de l’entreprise puisque cet entretien vise bien à faire le point sur l’évolution de carrière du salarié. L’idée est donc de vérifier l’employabilité du salarié au regard de ses attentes et de définir ensemble les éléments à mettre en place, en premier lieu les formations, pour que le salarié puisse atteindre son objectif. C’est pourquoi cet entretien doit comporter des informations sur l’activation du compte personnel de formation (CPF) et des possibilités de financement par l’employeur. Comme pour l’entretien annuel, le salarié doit être prévenu assez tôt pour pouvoir préparer ce rendez-vous au mieux.

Dans l’idéal, les deux entretiens – annuel et professionnel – doivent faire l’objet de deux temps distincts, mais la posture de celui qui conduit ces entretiens reste en revanche la même. « Le manager doit aborder ces entretiens avec l’objectif de questionner, d’écouter son salarié et de faire en conclusion un feed-back », conseille Armelle Guimon. Ce faisant, les conditions devraient réunies pour que chacun tire le plus grand bénéfice de ces entretiens.

Des moments d’échanges privilégiés

RETOUR D’EXPÉRIENCE

BENOIT GILET

Vétérinaire associé au sein de la clinique Sud Mayenne : 3 sites à Cossé-le-Vivien, Craon et Château-Gonthier.

7 vétérinaires associés, 13 vétérinaires salariés et 20 salariés (ASV, secrétaires)

Nous avons mis en place les entretiens professionnels depuis quatre ans. Au départ, nous les avions confiés au responsable de chacune de nos trois cliniques. Désormais, je participe à chacun de ces entretiens avec le responsable de site. Ces entretiens sont véritablement des moments d’échanges privilégiés. Ce sont des moments conviviaux durant lesquels les salariés peuvent prendre le temps de nous faire part de leurs attentes et nous expliquer ce qu’ils attendent de nous. Pour nous, ils nous permettent d’avoir les retours des salariés sur le management de nos cliniques et notre organisation. C’est aussi l’occasion de vérifier ce qui était prévu pour le salarié, et ce qui a été mis en place pour atteindre les objectifs. Ce sont des espaces-temps durant lesquels nous pouvons rectifier le tir sur certains évènements ou certains actes qui se sont passés dans l’année et qui ont pu poser problème. Aujourd’hui, nous ne pourrions pas nous passer de ces entretiens. La preuve ? L’an dernier, nous n’avons pas pris le temps d’organiser ces entretiens à cause de la crise qui a totalement bouleversé notre organisation. Beaucoup de salariés s’en sont inquiétés et nous ont demandé de remettre en place au plus vite ces entretiens. »

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr