La Semaine Vétérinaire n° 1885 du 05/02/2021

DOSSIER

JACQUES NADEL

POUR TOUT VÉTÉRINAIRE DIRIGEANT ARRIVÉ EN FIN DE CARRIÈRE, LA CESSION D’UNE ENTREPRISE CONSTITUE UN CAP DIFFICILE À PASSER S’IL N’Y A PAS DE CANDIDAT À LA REPRISE, SI LE CÉDANT EN VEUT UN PRIX TROP ÉLEVÉ OU SI LA TRANSMISSION A ÉTÉ MAL PRÉPARÉE. COMMENT GÉRER AU MIEUX CETTE DÉLICATE OPÉRATION POUR QU’ELLE SE DÉROULE DANS LES MEILLEURES CONDITIONS DE FORMES ET DE DÉLAIS ?

À l’heure de céder sa clinique, le vétérinaire doit d’abord prendre en considération la forme juridique de sa structure. À l’instar d’autres secteurs, deux types de cession sont d’usage : la cession de l’entreprise individuelle ou la cession de parts de société - quand il s’agit d’une société civile professionnelle, SCP, d’une société d’exercice libéral, SEL, ou d’une société commerciale. Avec l’essor des SEL de vétérinaires, les cessions de titres deviennent plus nombreuses au fil du temps, au point d’arriver aujourd’hui à une parité ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK