La Semaine Vétérinaire n° 1881 du 08/01/2021

CONGRÈS

PRATIQUE MIXTE

TANIT HALFON

La castration chirurgicale à vif des porcelets et la caudectomie apparaissent comme deux sujets prioritaires pour avancer sur la question du bien-être des porcs d’élevage. Si des alternatives à la castration existent, l’arrêt de la caudectomie est plus difficile à envisager.

A méliorer le bien-être des porcs d’élevage, plus facile à dire qu’à faire ? Il est clair que la réponse est oui, tant persistent encore des questions notamment d’ordre technique et économique, comme l’a montré le dernier congrès de l’Association française de médecine vétérinaire porcine (AFMVP), dont la première session s’est tenue le 3 décembre dernier. En matière de bien-être animal, la question des pratiques douloureuses est prioritaire. À commencer par la castration chirurgicale à vif des porcelets, qui sera officiellement interdite ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK