La Semaine Vétérinaire n° 1876 du 20/11/2020

ENSEIGNEMENT

ANALYSE

TANIT HALFON

Les arguments hostiles à une ouverture de l’enseignement vétérinaire au privé sont nombreux. Si certains ne rejettent pas le principe, à condition d’avoir des garanties, d’autres ont une position bien moins consensuelle et craignent pour l’avenir de la formation et de la profession.

L’année 2020 marquera probablement un tournant historique pour la profession vétérinaire. Le 9 novembre, les parlementaires de la commission mixte paritaire (CMP) sur le projet de loi de la programmation de la recherche 2020-2030 ont adopté en l’état l’article 22 bis, autorisant des établissements privés d’enseignement supérieur à former des vétérinaires. À ce stade, il faut encore que le texte passe en relecture au Parlement (Assemblée nationale et Sénat) avant d’être définitivement validé (cf. chronologie ci-dessous). Introduit initialement par des sénateurs, cet ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr