La Semaine Vétérinaire n° 1874 du 06/11/2020

PHARMACIE

M. I.-M.

JULIE GALLAY-LEPOUTRE, diplômée du collège américain de médecine interne (Acvim), est praticienne à la clinique Olliolis à Ollioules (Var). Elle est membre du conseil scientifique Groupe d’études en médecine interne (GEMI) de l’Association française des vétérinaires pour animaux de compagnie (Afvac). Elle revient pour nous sur les alternatives thérapeutiques possibles pour faire face à la rupture d’approvisionnement du Semintra.

Que conseillez-vous aux vétérinaires qui ont des animaux traités avec Semintra ? Pour nos « patients » traités avec Semintra, la conduite à tenir face à la rupture d’approvisionnement sera différente selon le contexte : - Si le traitement avec Semintra a été mis en place en raison d’une maladie rénale associée à une protéinurie, c’est-à-dire avec un rapport protéines sur créatinine urinaire (RPCU) excédant 0,4 chez le chat, il convient de se tourner vers un médicament ayant un effet anti-protéinurique équivalent. Les données actuelles montrent une ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr