La Semaine Vétérinaire n° 1868 du 25/09/2020

PRÉVENTION

PRATIQUE MIXTE

FORMATION

CLOTHILDE BARDE

CONFÉRENCIER

JEAN-YVES MADEC, unité antibiorésistance et virulence bactériennes, Anses laboratoire de Lyon. Article rédigé d’après la conférence organisée lors du congrès de la société nationale des groupements techniques vétérinaires (SNGTV) du 15 au 17 mai 2019.

Limiter l’impact sur l’environnement des traitements antibiotiques vétérinaires est un enjeu d’agro-écologie majeur et complexe. En effet, bien que l’Homme joue un rôle dans l’enrichissement de l’environnement en antibiotiques et en bactéries résistantes, l’antibiorésistance y est déjà naturellement présente, dans des proportions que nous sommes loin de connaître. Dans la nature, des antibiotiques sont produits par de multiples micro-organismes, tels que les bactéries et les champignons. Ils ont une activité antimicrobienne mais interviennent aussi souvent dans de nombreuses autres fonctions ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK