La Semaine Vétérinaire n° 1867 du 18/09/2020

DOSSIER

CHANTAL BÉRAUD

ALORS QUE LA PRATIQUE VÉTÉRINAIRE EN RURALE EST DEPUIS TOUJOURS À PRÉPONDÉRANCE MASCULINE, LA FÉMINISATION ACTUELLE DE LA PROFESSION CONDUIRA-T-ELLE DANS LE FUTUR À CE QUE LES FEMMES PRENNENT LA PLACE DES HOMMES DANS NOS CAMPAGNES ? DE MÊME POUR LES AGRICULTRICES, SONT-ELLES L’AVENIR DES EXPLOITATIONS OU LES SOLUTIONS RÉELLES AUX PROBLÈMES ACTUELS SE TROUVENT ELLES BIEN AU-DELÀ DU GENRE ?

Il aura fallu attendre le 1er février 2017 pour que la parité à l’Ordre national vétérinaire soit atteinte : 9 119 femmes et 9 119 hommes ! Avec des promotions dans les écoles qui comptent désormais plus de 70 % d’étudiantes, la féminisation de la profession vétérinaire est déjà devenue une réalité. Mais pour garder des campagnes vivantes avec des animaux de rente en bonne santé, une partie d’entre elles viendront-elles dans le futur pallier le manque de vétérinaires ruraux, déjà constaté par endroits ? Sont-elles déjà ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr