La Semaine Vétérinaire n° 1866 du 11/09/2020

DOSSIER

MICHAELLA IGOHO-MORADEL

LA GESTION DE CONFLITS DES VÉTÉRINAIRES EST INSCRITE DANS LE CODE DÉONTOLOGIE. AVANT DE PASSER PAR LA CASE JUDICIAIRE OU DISCIPLINAIRE, LES PARTIES DOIVENT RECOURIR À LA VOIE AMIABLE AFIN D’ÉVITER D’ARRIVER AU DÉPÔT D’UNE PLAINTE. UNE FAÇON DE DÉSENGORGER LES CHAMBRES DE DISCIPLINE MAIS SURTOUT DE REVENIR À UN ESPRIT DE CONFRATERNITÉ.

Des divergences, des incompréhensions peuvent mener à des conflits et une rupture du dialogue entre confrères et/ou consœurs. Face à un différend, le Conseil national de l’Ordre des vétérinaires (CNOV) rappelle que le premier réflexe à avoir est de chercher sa résolution amiable. « Les vétérinaires sont tenus, avant toute action devant les juridictions disciplinaires, civiles ou administratives, de rechercher une solution consensuelle à leur litige. » Il s’agit d’une obligation déontologique énoncée par l’article R. 242-39 du code de déontologie : « Les ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK