UN SCORE CLINIQUE MESURE LA QUALITÉ DE VIE LORS D’HYPERCORTICISME - La Semaine Vétérinaire n° 1865 du 04/09/2020
La Semaine Vétérinaire n° 1865 du 04/09/2020

GRILLE D’ÉVALUATION

PRATIQUE CANINE FÉLINE NAC

FORMATION

Auteur(s) : TAREK BOUZOURAA

La prise en charge d’un syndrome de Cushing chez le chien nécessite un suivi clinique et biologique rigoureux et régulier. Actuellement, au-delà des informations biologiques chiffrées accessibles lors des suivis, une attention grandissante est portée à la qualité et au confort de vie ainsi qu’aux interactions sociales entre un chien malade et sa « famille ». Un article1 évoque un score clinique qui permet au vétérinaire d’évaluer la qualité de vie des chiens sous traitement pour un syndrome de Cushing avec l’aide de leurs propriétaires.

Considérer et évaluer l’évolution des principaux signes cliniques pendant le suivi, mais pas que…

Les signes fréquents d’hypercorticisme incluent entre autres une polyuro-polydipsie, une polyphagie, une alopécie symétrique tronculaire non-prurigineuse, une amyotrophie, une faiblesse, une hépatomégalie avec ptose abdominale. Ces signes étant visibles et motivant souvent la consultation, ils peuvent (en partie) être incorporés dans l’évaluation de la réponse au traitement. Un propriétaire n’observant pas de résolution de ces anomalies évidentes à ses yeux peut décider d’interrompre la prise en charge. Cepen dant, la considération de 827 dossiers (dont 617 chiens sains et 210 souffrant de syndrome de Cushing) a permis de cibler d’autres points paraissant essentiels aux yeux des propriétaires.

Une évaluation exhaustive via un outil complet mais pas si complexe

Ont été initialement proposés 32 thèmes. Et 19 questions ont été finalement incluses dans le modèle d’évaluation de la qualité de vie des chiens recevant une prise en charge pour un syndrome de Cushing (voir tableau). Le propriétaire doit assigner un score compris entre 0 et 3 à chacun des 19 éléments considérés puis la somme est divisée par le total maximal (57) afin d’obtenir un score compris entre 0 et 1. Plus le score est élevé, plus le chien souffre et subit les désagréments de son affection. L’outil final est considéré comme fiable. Il présente en effet une faible variabilité des scores entre deux utilisateurs différents et pour un utilisateur donné au cours du temps. Ceci suggère que la subjectivité relative de chaque évaluateur n’entraîne pas de modification significative des résultats. L’outil est également facile à employer et interpréter par les propriétaires eux-mêmes, ce qui semble primordial pour responsabiliser le propriétaire en le sensibilisant aux grands principes et à l’importance du suivi lors de la prise en charge d’un syndrome de Cushing. Cet outil d’évaluation a pu être validé dans des conditions analytiques exemplaires, ce qui autorise et encourage son utilisation en clinique au quotidien. Utiliser ce score d’évaluation permettra d’en obtenir de nombreux retours afin de renforcer sa pertinence et contribuera possiblement même à son évolution si de nouveaux éléments venaient à être identifiés sur le terrain comme notables à considérer.

1. Schofield I., O’Neill D.G., Brodbelt D.C. et coll., Development and evaluation of a health-related quality-of-life tool for dogs with Cushing’s syndrome, Journal of Veterinary Internal Medicine, Amercian College of Veterinary Intenal Medicine (ACVIM), 2019 ; 33 : 2595-2604.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr