La Semaine Vétérinaire n° 1865 du 04/09/2020

DOSSIER

CHARLOTTE DEVAUX

EN HUMAINE, LES GRANDES ENTREPRISES DE L’AGROALIMENTAIRE N’ONT PAS LE VENT EN POUPE ET CETTE DÉFIANCE S’ÉTEND AU MARCHÉ DU PETFOOD, OÙ ELLES SONT DE PLUS EN PLUS VUES COMME LE MAL INCARNÉ. ROYAL CANIN, PURINA ET AUTRES COMPAGNIES SONT-ILS LES MONSANTO DE LA CROQUETTE ? LES PETITES MARQUES EN VOGUE SUR INTERNET FONT-ELLES VRAIMENT MIEUX ? MISE AU POINT.

Aujourd’hui, certains vétérinaires ont perdu confiance dans le petfood qui est proposé dans leurs rayonnages. Les grands groupes sont accusés de mettre de vilaines farines tandis que les petites marques en vogue sur Internet utiliseraient de la bonne viande fraîche. Tous les mois, des petits entrepreneurs lancent une marque car ils ont été « déçus par l’offre de petfood qui a rendu leur animal malade » et ont donc logiquement formulé un aliment révolutionnaire qui a sauvé leur chat. Les vétérinaires sont-ils ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK