LA FVE EXAMINE L’IMPACT DU COVID SUR LA PROFESSION - La Semaine Vétérinaire n° 1863 du 21/08/2020
La Semaine Vétérinaire n° 1863 du 21/08/2020

ENJEUX EUROPÉENS

ANALYSE

Auteur(s) : KARIN DE LANGE

En raison de la pandémie de Covid-19, l’assemblée générale traditionnelle de la Fédération vétérinaire européenne (FVE) - qui devait se tenir à Londres au printemps - a été remplacée par une réunion en ligne, suivie par une centaine de confrères et consœurs européens. Sans surprise, la pandémie a été au premier plan de l’agenda.

tous les vétérinaires européens ont été plus ou moins touchés par le Covid-19 », rappelle Rens Van Dobbenburgh, président de la FVE en ouverture de l’assemblée en juin 2020. « Cependant, il existe des différences selon les pays et les filières. » Des enquêtes ont montré que les vétérinaires canins étaient particulièrement touchés. « En avril, dans nombre d’États - dont l’Espagne, l’Italie, la France et le Royaume-Uni -, seules les consultations d’urgence ont été autorisées, ce qui a mené à une perte importante de clients et de revenus. » Dans d’autres, comme l’Islande, l’Allemagne et l’Autriche, les cliniques pouvaient rester ouvertes, en respectant les mesures d’hygiène et de distance. Les vétérinaires ruraux n’ont guère été affectés et, « dans certains pays, la charge de travail a même augmenté car les agriculteurs passaient plus de temps avec leurs animaux ».

Profession : des conséquences et des initiatives

Pendant cette période, l’équipe de la fve a consacré une majeure partie de son temps et de ses ressources à la pandémie. Nancy de briyne, directrice adjointe, précise : « nous avons aidé nos organisations membres à expliquer aux autorités pourquoi la profession vétérinaire devrait être considérée comme essentielle et devrait pouvoir continuer à travailler. et que, en raison de la longueur des mesures du confinement, limiter l’exercice vétérinaire aux seuls services d’urgence pourrait entraîner de graves problèmes de santé et de bien-être animal. »

En collaboration avec la federation of european companion animal veterinary associations (fecava), deux affiches covid ont été réalisées, pour les praticiens et pour les propriétaires d’animaux, ainsi qu’une brochure sur le maintien de la santé mentale, traduites dans de nombreuses langues. La fve a également aidé à rédiger deux documents de questions fréquentes pour la commission européenne sur la pandémie1, 2.

La fédération a organisé plusieurs réunions à distance avec son « réseau covid ». Elle a également suivi de près l’impact du covid sur le bien-être animal. « l’un des plus grands impacts sur le bien-être animal était sans aucun doute le surpeuplement des élevages dû à la perturbation de l’approvisionnement de la chaîne alimentaire, dû à la chute brutale de la demande des restaurants et collectivités. » lors de la session de l’union européenne des praticiens vétérinaires, une consœur suédoise rappelait que le confinement avait aussi « mené à une demande accrue pour des chiots et chatons, et à travers cela à une augmentation du commerce illicite d’animaux de compagnie ».

One Health : pouvons-nous mieux faire ?

L’approche one health a mis du temps à démarrer, constate notre consœur. « Alors que les vétérinaires ont immédiatement proposé leur assistance à leurs collègues médicaux, les autorités médicales ont été un peu lentes à reconnaître la valeur ajoutée potentielle des vétérinaires » - même si cela a changé au fil du temps dans certains pays. Dans l’ensemble, la profession vétérinaire, bien qu’impactée, « a fait preuve de résilience, conclut-elle. en tant que profession, nous avons travaillé ensemble mieux que jamais, tout en étant séparés. C’est exactement à quoi sert une organisation comme la FVE. »

Télémédecine et relation vétérinaire-client-animal

Le confinement a donné un coup de pouce à la télémédecine : au royaume-uni, le gouvernement a temporairement autorisé la prescription à distance, tandis qu’en france, une phase pilote de 18 mois a été lancée. « dans la plupart des pays, les médecins en “humaine” ont adopté la télémédecine pour améliorer les services de santé », rappelle marc veilly (france), président du groupe de travail des organismes statutaires de la fve, qui avait rédigé un document de synthèse. « La télémédecine n’est pas nouvelle : les vétérinaires la pratiquent avec leurs clients depuis des décennies, principalement par téléphone, courrier électronique et les réseaux sociaux. » selon le projet de la prise de position, la télémédecine devrait être autorisée dans le contexte d’une relation physique vétérinaire-client-animal. Le document couvre quatre domaines : la consultation à distance, le diagnostic à distance, la prescription à distance et les données générées par des tiers.

À venir : des prises de position sur l’anesthésie et le cannabis

une prise de position pour définir l’anesthésie des animaux comme un acte vétérinaire est en élaboration par le groupe de travail « médicaments » de la fve. « un nombre croissant de pays mettent l’anesthésie entre les mains des non-vétérinaires », a averti rens van dobbenburgh. « certains produits, tels que l’isoflurane, nécessitent des mesures particulières de sécurité. » le groupe travaille également sur une prise de position sur l’utilisation vétérinaire du cannabis et de ses produits dérivés.

Parmi les autres sujets relatifs aux médicaments vétérinaires, la création de la base de données de l’ue sur les événements indésirables (pharmacovigilance)3. « si le site donne de nombreuses informations, il y a encore une marge de progression. » en particulier le nombre total de traitements fait défaut, ce qui rend l’information plus difficile à interpréter, remarque rens van dobbenburgh.

Groupe de travail sur la sécurité alimentaire… et la durabilité

Thierry chambon (france), membre du bureau de fve, a fait le point sur la loi de l’ue sur la santé animale, qui devrait entrer en vigueur en avril 2021. « en raison du covid, un certain retard devrait être prévu », prévient-il. Le règlement sur les contrôles officiels, entré en vigueur en décembre dernier, ainsi que les provisions temporaires pour faire face au covid « a rendu possible la certification électronique - un grand plus pendant cette période de confinement. » il a également annoncé la création d’un groupe de travail sur la sécurité et la durabilité des aliments, présidé par simon doherty (Royaume-Uni).

Le bien-être animal fera partie de la stratégie fve

le groupe de travail sur le bien-être animal travaille sur deux prises de position, informe torill moseng (norvège), membre du bureau de la fve : la suppression progressive des cages de mise bas pour les truies et des cages enrichies pour les poules. En collaboration avec la fédération des associations européennes de vétérinaires équins (feeva), un protocole est en cours d’élaboration sur l’euthanasie des chevaux et l’élimination des carcasses. Le groupe de travail prépare également une stratégie générale de bien-être animal, pour aider à clarifier le rôle du vétérinaire en la matière. Cette stratégie fera partie intégrante de la stratégie fve 2021-2025.

1. www.ec.europa.eu/food/sites/food/files/safety/docs/biosafety_crisis_covid19_qandas_en.pdf

2. www.ec.europa.eu/food/sites/food/files/animals/docs/ah_covid-19_qandas.pdf

3. Eudravigilance.ema.europa.eu/veterinary/index.html

Formation vétérinaire : tournée vers l’avenir

Un groupe de travail a ete mis en place sur les technologies numeriques et l’intelligence artificielle, a rapporté stanislaw winiarczyk (pologne), membre du bureau de la fve. c’est une initiative conjointe du bureau européen de spécialisation vétérinaire (ebvs), de l’association européenne des établissements d’enseignement vétérinaire (aeeev) et de la fve, la dernière représentée par denis avignon (france), volker moser (autriche) et despoina iatridou (fve). son mandat est « D’étudier l’impact des technologies numériques sur l’enseignement et l’exercice vétérinaires ».

VetCEE, créé pour établir la norme pour les programmes de formation de niveau intermédiaire, a été invité à accroître son mandat par trois objectifs : devenir un leader dans l’accréditation de la qualité de la formation permanente (fp), mettre en place un système de reconnaissance mutuelle de la fp en europe, et étendre la portée de sa mission pour accréditer toutes sortes de fournisseurs et de disciplines de FP.

EN BREF

→ EuroPetNet, qui centralise les bases de données d’identification des animaux de compagnie, a élu domicile auprès de la FVE.

→ Une enquête est en cours sur la désertification vétérinaire en Europe et sera publiée « bientôt ».

→ L’Union européenne des vétérinaires praticiens (UEVP) célébre son 50e anniversaire, annonce son président, Piotr Kwieciñski. L’événement est prévu pour l’assemblée générale à Prague en novembre, lors du 100e anniversaire de la Chambre vétérinaire tchèque.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr