La Semaine Vétérinaire n° 1863 du 21/08/2020

DOSSIER

SERGE TROUILLET

LES ENJEUX MULTIPLES DU BIEN-ÊTRE ANIMAL CONDUISENT LES VÉTÉRINAIRES, LÉGITIMEMENT, À VOULOIR SE SAISIR DAVANTAGE ENCORE DE CET IMPÉRATIF PARTAGÉ AFIN DE FAIRE ÉVOLUER LEUR MODÈLE ÉCONOMIQUE. HANDICAPS ET ATOUTS.

Toute la profession se rejoint sur l’ambition de leadership du vétérinaire dans le domaine du bien-être animal (BEA). « Le praticien, souligne Dominique Autier-Dérian, dirigeante du bureau d’études Animal Welfare Consulting, est celui qui soigne l’animal, qui connaît son environnement et les personnes qui sont en lien avec lui. Cela lui confère une légitimité sur le BEA, doublée d’une expertise réelle dans ce domaine. » Pourtant Laurent Perrin, président du Syndicat national des vétérinaires d’exercice libéral (SNVEL), regrette à cet égard l’occasion ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK