La Semaine Vétérinaire n° 1861 du 03/07/2020

DOSSIER

FABRICE JAFFRÉ

LE RÈGLEMENT EUROPÉEN SUR LA PROTECTION DES DONNÉES (RGPD) S’APPLIQUE AUX VÉTÉRINAIRES QUI EXERCENT EN LIBÉRAL, PUISQU’ILS COLLECTENT ET TRAITENT DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL. DE NOMBREUSES MESURES DOIVENT ÊTRE MISES EN PLACE, AU-DELÀ DU REGISTRE DES TRAITEMENTS. QUELLES SONT-ELLES ? ET PAR QUOI COMMENCER ? EXPLICATIONS.

La plus connue des mesures obligatoires du règlement européen sur la protection des données (RGPD) est la tenue d’un registre, qui doit lister l’ensemble des traitements de données à caractère personnel du cabinet vétérinaire. Un traitement est une opération portant sur les données : une collecte, une extraction, une transmission, mais aussi une simple consultation, et même l’opération de suppression. Il faut créer dans ce registre une fiche par traitement recensé. Chaque traitement a obligatoirement au moins une finalité (autrement dit ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK