La Semaine Vétérinaire n° 1861 du 03/07/2020

DOSSIER

FABRICE JAFFRÉ

LE RÈGLEMENT EUROPÉEN SUR LA PROTECTION DES DONNÉES (RGPD) S’APPLIQUE AUX VÉTÉRINAIRES QUI EXERCENT EN LIBÉRAL, PUISQU’ILS COLLECTENT ET TRAITENT DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL. DE NOMBREUSES MESURES DOIVENT ÊTRE MISES EN PLACE, AU-DELÀ DU REGISTRE DES TRAITEMENTS. QUELLES SONT-ELLES ? ET PAR QUOI COMMENCER ? EXPLICATIONS.

La plus connue des mesures obligatoires du règlement européen sur la protection des données (RGPD) est la tenue d’un registre, qui doit lister l’ensemble des traitements de données à caractère personnel du cabinet vétérinaire. Un traitement est une opération portant sur les données : une collecte, une extraction, une transmission, mais aussi une simple consultation, et même l’opération de suppression. Il faut créer dans ce registre une fiche par traitement recensé. Chaque traitement a obligatoirement au moins une finalité (autrement dit ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr