LES LABORATOIRES ACCOMPAGNENT LES PRATICIENS VERS LA SORTIE DE CRISE - La Semaine Vétérinaire n° 1861 du 03/07/2020
La Semaine Vétérinaire n° 1861 du 03/07/2020

POST-CONFINEMENT

PHARMACIE

“Webinars”, plateforme d’échanges ou encore flexibilité commerciale et financière, les laboratoires proposent des solutions aux vétérinaires afin de les accompagner dans la reprise de leur activité. Ces initiatives démontrent qu’en situation de crise ils sont bien plus que des fournisseurs de médicaments.

Objectif : reprise ! Après avoir contribué à l’effort national de lutte contre le Covid-191, les industriels de la santé animale ont développé des stratégies pour accompagner les structures vétérinaires dans la reprise de leur activité. Pendant le confinement, le digital a été utile pour communiquer, s’informer et se former à distance. En période de post-confinement, il fait aussi partie des solutions proposées par les laboratoires pour aider les vétérinaires à gérer au mieux la sortie de crise, à côté des mesures qui encouragent une flexibilité commerciale et financière.

Une trésorerie soulagée

Dès le début de la crise, les industriels ont pris des mesures pour soulager la trésorerie des structures vétérinaires. Boehringer Ingelheim a intégré la tendance réelle du marché en allongeant, par exemple, la durée de certaines promotions. « Les règlements trimestriels ou quadrimestriels, déjà mis en place pour certaines de nos activités, ont contribué à soulager la trésorerie de nos clients au cours de l’année. Nous avons aussi accéléré le versement des remises dues pour l’année 2019. Nous tentons de raccourcir les délais le plus possible. La difficulté est grande, car le sujet des remises est complexe, d’autant que ces dossiers se gèrent actuellement à distance », explique Christophe Magaud, directeur des opérations commerciales France chez Boehringer Ingelheim. Chez Zoetis, le versement des remises se fait trois fois par an. Selon Vanessa Dablin, directrice réglementation et affaires publiques du laboratoire, cette initiative sera pérennisée. De son côté, Ceva Santé animale a accéléré le paiement des remises avec un mois d’avance et a également adapté ses offres commer­ciales en réduisant les quantités de commande pour les cliniques afin d’éviter des stocks plus élevés durant la période de la crise sanitaire. MSD Santé animale et Dechra ont aussi accéléré le versement des remises sur les achats de 2019 pour aider les structures vétérinaires à gérer leur trésorerie. Par ailleurs, les laboratoires ont également sensibilisé les propriétaires pour la reprise des traitements interrompus pendant le confinement en vue de dynamiser les ventes au comptoir. Par exemple, Ceva Santé animale a adressé des fiches conseils aux vétérinaires afin qu’ils puissent conseiller les propriétaires sur la gestion du déconfinement avec leur animal de compagnie.

Le digital, l’outil de la reprise

Reprise des protocoles vaccinaux, maintien de la relation clients, hygiène des locaux… Plusieurs rendez-vous virtuels ont été organisés pour aider les vétérinaires praticiens à gérer les impacts de la crise sanitaire. « Dès la première semaine de crise, nous avons lancé des webconférences hebdomadaires. Les thèmes abordés ont vite évolué en fonction de l’évolution de la situation. Nos experts ont donné les clés aux vétérinaires pour gérer au mieux leur entreprise pendant la crise, maintenir la relation clients, reporter certains actes ou encore planifier les dates de rappel de vaccins sur l’année 2021 », indique Christophe Magaud. Axience a organisé des webconférences consacrées à la gestion du risque coronavirus en clinique vétérinaire et a spécifiquement formé ses délégués vétérinaires sur cette thématique. « L’une des préoccupations des vétérinaires praticiens était de savoir comment gérer l’épidémie lors de la reprise d’activité. Afin de les accompagner dans cette démarche, notre service technique est resté disponible pendant toute la période du confinement pour répondre aux nombreuses questions en matière d’hygiène et de désinfection », souligne de son côté Laurent Flaus, président d’Axience. Même initiative chez Elanco, MSD Santé animale ou encore Zoetis, qui ont proposé des cycles de webconférences en lien avec la crise sanitaire. Zoetis a déjà prévu de poursuivre, sous ce format « webinar », différentes formations, notamment sur les maladies respiratoires des ruminants ou encore le bon usage des antiparasitaires.

1. Lire La Semaine Vétérinaire nos 1851 et 1852 des 24 avril et 1er mai 2020, pages 22 à 25.

DES PLATEFORMES RÉSERVÉES À LA COMMUNAUTÉ VÉTÉRINAIRE

Les plateformes Vet’Inspire et Capsul’Vet, respectivement lancées par Boehringer Ingelheim et MSD Santé animale après le confinement, ont pour but d’aider les vétérinaires à faire face à la sortie de crise, mais pas uniquement. « Nous avons lancé, en partenariat avec le Syndicat national des vétérinaires d’exercice libéral (SNVEL), la plateforme Vet’Inspire. Il s’agit du meilleur support pour proposer aux vétérinaires praticiens des solutions, des outils en lien avec l’économie de l’entreprise vétérinaire (ressources humaines, organisation, planification, outils connectés, etc.). Tous les acteurs de la profession sont invités à faire vivre cet espace de façon bénévole », indique Christophe Magaud, directeur des opérations commerciales France chez Boehringer Ingelheim. Quant à Capsul’Vet, elle propose aux vétérinaires praticiens des vidéos à la demande, des podcasts et des documents à télécharger, sur différents thèmes tels que les plans de santé, la télémédecine et la gestion de la trésorerie. « Cette plateforme est pensée pour être pérenne. Elle sera de moins en moins liée à la crise du Covid-19 et constituera un centre de ressources permanent pour les vétérinaires », explique David Lussot, directeur engagement client et développement chez MSD Santé animale. Les deux plateformes sont accessibles aux vétérinaires et aux auxiliaires spécialisées vétérinaires.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr