« LE BUT DE L’ALIMENT EST DE DIMINUER LA CHARGE ALLERGÉNIQUE DANS L’ENVIRONNEMENT » - La Semaine Vétérinaire n° 1861 du 03/07/2020
La Semaine Vétérinaire n° 1861 du 03/07/2020

ENTRETIEN AVEC CLAUDIA VISCHER-MICHEL, DIRECTRICE DE L’INNOVATION SCIENTIFIQUE CHEZ PURINA

PRATIQUE CANINE FÉLINE NAC

Auteur(s) : C. D.

Les fonctions du Fel d1 sont mal connues, mais il pourrait avoir un rôle protecteur de la peau. L’inactiver présente-t-il un risque pour les chats ?

Claudia Vischer-Michel : L’ingrédient actif contre le Fel d1 agit sur la salive, et non sur le Fel d1 produit par les glandes sébacées, ce qui préserve son rôle supposé pour la peau. De plus, la réduction moyenne de la quantité de Fel d1 sur les poils est de 47 % : il n’y a donc pas suppression totale mais transformation des chats forts producteurs de Fel d1 en chats faibles producteurs. L’innocuité de l’ajout d’anticorps anti-Fel d1 à des doses bien plus élevées que dans l’aliment a été évaluée sur 40 chats pendant 6 mois sans qu’aucun effet secondaire n’ait été mis en évidence.

L’aliment peut-il être utile aux personnes sensibilisées à Fel d4 ?

Fel d1 est l’allergène majeur, c’est pourquoi les recherches ont été ciblées sur celui-ci. Le but de l’aliment n’est pas de le supprimer mais d’en diminuer la quantité dans l’environnement. Si la charge totale en allergènes dans l’environnement est réduite à un niveau inférieur au seuil allergique de l’individu, les symptômes cliniques d’allergie peuvent être évités. Dans ce cadre, cela pourra aussi bénéficier aux personnes allergiques à Fel d4.

L’effet a-t-il été testé sur des humains ?

Une première étude préliminaire a démontré que le fait de nourrir les chats avec cet aliment produit une amélioration significative des symptômes nasaux et de certains symptômes oculaires chez les personnes allergiques. Des recherches restent à mener pour en déterminer l’efficacité dans un cadre domestique.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr