UN PREMIER VACCIN INJECTABLE POUR LUTTER CONTRE L’ILÉITE PORCINE - La Semaine Vétérinaire n° 1859 du 19/06/2020
La Semaine Vétérinaire n° 1859 du 19/06/2020

NOUVEAU MÉDICAMENT

PHARMACIE

Auteur(s) : TANIT HALFON

Commercialisé par MSD Santé animale, Porcilis Lawsonia est le premier vaccin inactivé lyophilisé injectable indiqué dans la gestion des conséquences de l’infection bactérienne à Lawsonia intracellularis.

De nouvelles stratégies vaccinales vont probablement voir le jour avec le lancement par le laboratoire MSD Santé animale du vaccin bactérien Porcilis Lawsonia1. Déjà disponible dans les centrales d’achat, pour l’instant uniquement en présentation de 50 doses, il est indiqué pour réduire la diarrhée, la perte de prise de poids journalière, les lésions intestinales, l’excrétion bactérienne et la mortalité liés à la bactérie intracellulaire Lawsonia intracellularis. Ce produit bénéficie de deux innovations majeures : le vaccin est inactivé et s’administre par voie parentérale, quand jusqu’à présent les éleveurs avaient à leur disposition un vaccin vivant à administrer oralement, ce qui pouvait compliquer son usage et donc potentiellement son efficacité. À ce jour, il a déjà été lancé en Allemagne, au Danemark, en Espagne et aux Pays-Bas. Suivent la France et la Belgique, avant une généralisation au reste de l’Europe. Les premiers retours de terrain sont attendus des Pays-Bas. Néanmoins, trois essais en condition expérimentale et une première étude de terrain ont déjà montré des résultats engageants2.

Un impact positif sur la clinique et le GMQ

Dans le 1er essai, les animaux testés ont été « challengés » précocement à 8 semaines d’âge, soit 4 semaines postvaccination. Dans le 2e essai, ils l’ont été tardivement, à 21 semaines d’âge, soit 17 semaines postvaccination. Dans le 3e, l’objectif était d’évaluer l’efficacité du vaccin combiné au Porcilis PCV M HYO, avec un challenge précoce, 3 semaines après vaccination. Pour chaque essai, trois groupes de 25 animaux ont été constitués : un groupe traité avec le vaccin (essais 1 et 2) ou le mélange des deux vaccins (essai 3), un groupe traité avec le vaccin oral (essais 1 et 2) ou avec le vaccin oral suivi d’une injection de Porcilis PCV M Hyo 2 semaines plus tard (essai 3), et un dernier groupe témoin. L’analyse des résultats a montré une amélioration significative du score clinique moyen (présence plus ou moins marquée de diarrhées, évaluée du 13e au 21e jour postchallenge) uniquement dans l’essai 1, entre les animaux vaccinés et témoins. En parallèle, une réduction significative des lésions macroscopiques et microscopiques a été notée dans les trois essais, par rapport au groupe témoin, mais aussi par rapport au groupe vacciné oralement dans les trois essais pour les lésions macroscopiques, et dans les essais 1 et 3 pour les lésions microscopiques. L’excrétion bactérienne dans les fèces a été aussi diminuée, mais avec une différence significative uniquement dans l’essai 3, par rapport aux animaux témoins et vaccinés oralement. Côté performance zootechnique, le gain moyen quotidien (GMQ) des animaux vaccinés était significativement meilleur dans les trois essais par rapport aux témoins.

Un vaccin qui se veut pratique

L’étude de terrain a été menée au sein d’un élevage multiplicateur néérlandais caractérisé par un historique d’iléite à Lawsonia associée à de la mortalité. Au total, ce sont 2 876 animaux qui ont été suivis pendant une période de 8 mois, à raison de 1 435 individus vaccinés à partir de 12 semaines d’âge. Au final, la mortalité associée à Lawsonia entre 12 et 26 semaines d’âge, a été réduite à zéro dans le groupe vacciné, tandis que le décès de 11 animaux a été attribué au pathogène dans le groupe témoin. Au final, si l’efficacité semble à ce stade prometteuse, le vaccin pourrait tirer son épingle du jeu du fait de sa praticité d’emploi : une seule injection de 2 ml par voie intramusculaire est suffisante, à partir de 3 semaines d’âge. L’immunité est obtenue au bout de 4 semaines, pour une durée de 21 semaines, ce qui permet de protéger les porcs durant toute la période d’engraissement. De plus, l’administration est valable jusqu’à 6 heures après la reconstitution du vaccin. Un mélange avec Porcilis PCV M Hyo est également possible, ce qui limite le nombre d’injections aux porcelets, un avantage pour l’éleveur et l’animal. En outre, la forme lyophilisée de Porcilis Lawsonia permet d’éviter une augmentation de volume injectable. Une administration conjointe avec Porcilis PRRS est aussi permise, mais à faire obligatoirement sur deux sites différents. À noter que la possibilité de pouvoir injecter le vaccin par voie intradermique est à l’étude, ce qui apparaît comme un facteur supplémentaire de confort pour le travail de l’éleveur, qui pourra injecter ce médicament avec un appareil spécifique à cette voie3.

1. www.bit.ly/2AVVDCq.

2. www.bit.ly/2BUZ78w.

3. www.bit.ly/2YreOfb.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr