La Semaine Vétérinaire n° 1859 du 19/06/2020

EXPRESSION

LA QUESTION EN DÉBAT

CHANTAL BÉRAUD

Certaines situations - notamment en cas de maltraitance grave - doivent être légalement obligatoirement dénoncées par le vétérinaire praticien. La lever de ce secret professionnel reste cependant un exercice délicat, qui mériterait qu’on y réfléchisse encore.

UN DEVOIR ENCADRÉ, DÉLICAT À METTRE EN PRATIQUE JEAN-PIERRE KIEFFER (T 75) Président de l’Œuvre d’assistance aux bêtes d’abattoirs (OABA) Le secret professionnel impose de ne pas révéler des informations apprises dans le cadre d’une activité professionnelle et qui seraient susceptibles de nuire. C’est une obligation éthique et une contrainte réglementaire. Dans un but de protection de la population, mais aussi pour garantir la protection animale (article 226-14 du Code pénal), le vétérinaire est cependant tenu à certaines déclarations qui lèvent ce secret ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK