La Semaine Vétérinaire n° 1858 du 12/06/2020

DOSSIER

CHANTAL BÉRAUD

NOMBREUX SONT LES VÉTÉRINAIRES QUI PROCLAMENT QU’IL Y A URGENCE Á COMBLER LE MANQUE DE VETERINAIRES DANS CERTAINES ZONES RURALES. LE PRÉSIDENT DE L’ORDRE, JACQUES GUÉRIN, EXPLIQUE CE QU’UN PROJET DE LOI POURRAIT APPORTER EN LA MATIÈRE. AVEC LE SOUTIEN DE L’ÉTAT, MAIS SURTOUT GRÂCE À UN APPUI ÉLARGI DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES. Un POSSIBLE PARTENARIAT “PUBLIC-PRIVÉ” RENDU ENCORE PLUS IMPORTANT avec LA CRISE SANITAIRE LIÉE AU CORONAVIRUS.

Les collectivités peuvent-elles aider la profession, face au développement de déserts vétérinaires, dans certaines zones ciblées ? Cette action est-elle rendue encore plus nécessaire à la suite de la crise sanitaire liée au coronavirus ? À cette double question, Jacques Guérin, président du Conseil national de l’Ordre des vétérinaires répond oui. Et de commenter : « L’enjeu est la surveillance des pathogènes émergents issus à 75 % des animaux sauvages ou domestiques dont certains sont zoonotiques, donc potentiellement transmissibles à l’homme. La crise du Covid-19 ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK