La Semaine Vétérinaire n° 1856 du 29/05/2020

EXPRESSION

LA QUESTION EN DÉBAT

CHANTAL BÉRAUD

Pour s’adapter aux nouvelles conditions d’exercice engendrées par la crise sanitaire, les nerfs de chacun sont mis à rude épreuve, même hors confinement. Dans un tel contexte, les équipes essaient courageusement de préserver la santé de tous, s’efforcent de garder du lien, tout en “modernisant” parfois leur façon de travailler ensemble.

NOUS MISONS SUR L’ATTENTION PORTÉE À CHACUN JULIEN HERLA (L 08) Praticien rural à Guémené-Penfao (Loire-Atlantique) Dans le groupe G3VET auquel j’appartiens, en temps “normal”, nous tournons à six ou sept praticiens par jour et à neuf assistantes vétérinaires. Dès l’annonce du confinement, nous avons cherché à protéger la santé de tous. Pour assurer le bien-être familial et social de nos collaborateurs, nous avons trouvé des solutions afin que les enfants en bas âge soient gardés (sans faire appel à un service extérieur) ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK