LA SANTÉ CONNECTÉE ATTIRE LES PROPRIÉTAIRES D’ANIMAUX - La Semaine Vétérinaire n° 1851 du 24/04/2020
La Semaine Vétérinaire n° 1851 du 24/04/2020

ENQUÊTE

PHARMACIE

Auteur(s) : MICHAELLA IGOHO-MORADEL

Une enquête de MSD Santé animale, menée dans cinq pays, démontre l’intérêt des particuliers pour la prévention de maladies chez leurs animaux de compagnie, qui peut se déployer au moyen des nouvelles technologies et… des vétérinaires.

La santé connectée a le vent en poupe et les animaux de compagnie ne sont pas en reste. Les propriétaires montrent un intérêt à surveiller la santé de leur animal au moyen de différents outils connectés, comme le démontre une enquête de MSD Santé animale présentée le 27 février au siège de la British Veterinary Association, à Londres (Grande-Bretagne). Cette étude, menée auprès de plus de 5 000 propriétaires d’animaux de compagnie en France, en Allemagne, en Italie, en Espagne et au Royaume-Uni, s’intéresse à leurs préoccupations liées à la santé de leurs animaux de compagnie. Si elle révèle que la visite chez le vétérinaire se fait naturellement pour les contrôles de routine (au moins une fois par an notamment pour le suivi des protocoles vaccinaux), la prévention de maladies comme le diabète et l’obésité ou la lutte contre les parasites, font aussi partie de leurs préoccupations. Paradoxalement, l’enquête démontre que seulement 10 % des maîtres utilisent des objets connectés pour suivre quotidiennement la santé de leur animal. Mais deux sur trois d’entre eux accueilleraient favorablement un appareil tel qu’un tracker d’activité.

Une aide au diagnostic

Tendance intéressante révélée par l’étude, plus de 7 propriétaires sur 10 mentionnent le plus souvent les vétérinaires comme source principale d’information bien avant Internet. En France, ce sont plus de 70 % des propriétaires de chat et plus de 82 % des détenteurs de chien qui se réfèrent spontanément à l’avis de leur vétérinaire quand il s’agit de la santé de leur animal. MSD Santé animale estime que le boom des outils connectés est une aubaine pour le vétérinaire qui y trouvera une aide au diagnostic et à la prise de décision, comme l’a expliqué David Hallas, docteur vétérinaire et directeur général de Sure Petcare, une marque de MSD Santé animale. « Les vétérinaires pourraient connaître, par exemple, les cycles de sommeil des animaux et découvrir ainsi la raison des possibles changements de comportement résultant de l’angoisse ou de l’anxiété provoquée par une mauvaise qualité de sommeil », a-t-il indiqué. Mais l’enquête démontre aussi une grande différence entre les pays en ce qui concerne l’utilisation des appareils de surveillance de la santé des animaux. 17 % des propriétaires de chats en Espagne utilisent un appareil contre seulement 5 % en France.

Des outils de suivi

Pour MSD Santé animale, ces outils sont autant intéressants pour les propriétaires. Les résultats révèlent qu’il y a peu de contrôles réguliers d’effectués sur l’alimentation et la prise de poids des animaux par leur propriétaire. En France, 42 % des propriétaires de chats pensent que leur animal est en surpoids. Pourtant, 53 % d’entre eux ne pèsent pas leur nourriture mais sont prêts à utiliser un distributeur automatique pour mesurer la consommation de nourriture de leur chien ou de leur chat. Ou un tracker d’activité pour chien pour aider à surveiller plus précisément leur animal. « C’est une bonne chose de voir que les propriétaires d’animaux de compagnie sont plus proactifs dans la promotion de modes de vie plus sains pour leurs animaux, y compris par l’utilisation de nouvelles technologies, car la surveillance aide à améliorer la médecine vétérinaire préventive », a déclaré Rachel Dean, vétérinaire et directrice de la recherche clinique pour la chaîne de centres vétérinaires de VetPartners.

L’ÉLEVAGE, TOUT UN PROGRAMME AUSSI

MSD Santé animale a également organisé une table ronde sur les défis auxquels font face les élevages laitiers. Des agriculteurs britanniques et des vétérinaires, dont Raphaël Guatteo, professeur en médecine bovine et gestion de la santé des bovins à Oniris, ont échangé sur l’élevage laitier de demain. L’utilisation d’outils connectés a été présentée comme une voie intéressante pour améliorer la santé et le bien-être des animaux. MSD Santé animale souligne son engagement à soutenir les éleveurs et les vétérinaires avec des médicaments et des services innovants pour la prévention des maladies qui touchent les animaux d’élevage.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr