La Semaine Vétérinaire n° 1849 du 10/04/2020

TESTS DE DÉPISTAGE

FAIRE FRONT AU COVID-19

MICHAELLA IGOHO-MORADEL

Pour la première fois en France, les laboratoires publics d’analyses vétérinaires sont autorisés à manipuler, dans un contexte de crise sanitaire, des échantillons d’origine humaine. S’il s’agit d’une avancée importante pour contenir l’épidémie de Covid-19, la question de la mobilisation des producteurs de réactifs vétérinaires reste, quant à elle, entière.

À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. L’état d’urgence sanitaire conduit l’exécutif à trouver des solutions mobilisables. Les vétérinaires sont appelés à rejoindre la réserve sanitaire et à manifester leur soutien matériel. Cette collaboration en période de crise semble être la traduction matérielle du concept One health (« une seule santé »). Dernière avancée majeure, le gouvernement, qui avait refusé pour des raisons d’ordre réglementaire l’offre des laboratoires d’analyses vétérinaires de réaliser des tests de dépistage du Covid-19, est revenu sur sa décision le ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK