La Semaine Vétérinaire n° 1849 du 10/04/2020

OVINS

PRATIQUE MIXTE

CLOTHILDE BARDE

Dans un contexte de résistance de plus en plus importante des strongles gastro-intestinaux aux anthelminthiques en élevage d’ovins, une étude menée en France vient de confirmer le fait que, outre les benzimidazoles, les lactones macrocycliques sont aussi de moins en moins efficaces.

Sans changement des pratiques actuelles, à l’instar de certaines régions d’Irlande ou d’Australie, le risque d’abandon de l’élevage ovin pour cause d’impossibilité de lutte contre les strongles gastro-intestinaux pourrait être réel à l’avenir en France, selon les résultats d’une étude menée dans le cadre de son travail de thèse par Anaëlle Desmolin, vétérinaire, sur l’efficacité des lactones macrocycliques dans le bassin de Roquefort (Aveyron)1. Une problématique incontournable En effet, parmi les problématiques devant être considérées dans la conduite d’un élevage ovin, la ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK