La Semaine Vétérinaire n° 1846 du 20/03/2020

RESSOURCES HUMAINES

ENTREPRISE

FRANÇOISE SIGOT

Face à l’épidémie de coronavirus qui gagne du terrain, le droit de retrait devient une préoccupation centrale dans de nombreuses entreprises, y compris au sein de cliniques vétérinaires. Or sa mise en œuvre ne va pas totalement de soi dans le cadre de l’épidémie qui touche actuellement le pays.

La France se confine pour endiguer la progression du Covid-19. Habitués à affronter les épizooties, les vétérinaires sont plutôt bien armés pour prendre les bonnes mesures sur le plan sanitaire, mais quand le virus s’invite dans l’organisation de leurs entreprises, ils sont, comme nombre de leurs homologues des autres secteurs d’activité, bien plus démunis. Notamment face au droit de retrait. Un droit qui vaut pour tous les salariés et les agents des services publics dans le cadre de situations précises, ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK