La Semaine Vétérinaire n° 1843 du 28/02/2020

PROTECTION DES POPULATIONS

PRATIQUE CANINE FÉLINE NAC

SERGE TROUILLET

Deux semaines après la confirmation d’un cas de rage chez un chien à Saint-Martin-de-Ré, Catherine Nicollet, cheffe du service vétérinaire chargée de la santé et de la protection des animaux à la DDPP de Charente-Maritime, fait un point d’étape.

1 L’origine du cas de rage Un jeune chien vivant à Saint-Martin-de-Ré, déclaré récupéré en Espagne le 9 décembre 2019, a montré un changement de comportement le 1er février 2020. Il a été emmené chez le vétérinaire le 3 février et euthanasié à la demande de la direction départementale de la protection des populations de Charente-Maritime (DDPP 17) le 4 février 2020. L’Institut Pasteur, qui a reçu la tête du chien via le laboratoire départemental, pour analyses du système nerveux central, a conclu le 14 février ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK