La Semaine Vétérinaire n° 1842 du 21/02/2020

DIAGNOSTIC DIFFÉRENTIEL

ANALYSE

LORENZA RICHARD

Une enquête de l’association Animal Cross alerte sur l’importance des actes zoophiles et appelle les vétérinaires à les intégrer systématiquement dans le diagnostic différentiel des lésions anogénitales.

La suspicion d’actes zoophiles relève encore du tabou dans la profession vétérinaire. Cependant, il ne s’agit pas pour le praticien de juger certaines mœurs, mais de protéger les animaux, dans le sens où des pratiques leur sont imposées sans leur consentement et qu’elles aboutissent parfois à des lésions graves, à des états mentaux altérés, voire à leur mort. Ces actes sont punis en France de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 € d’amende, selon l’article 521-1 du Code pénal. Le ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK