LE RÔLE PIVOT DU PROPRIÉTAIRE DANS LE SUIVI POSTOPÉRATOIRE - La Semaine Vétérinaire n° 1842 du 21/02/2020
La Semaine Vétérinaire n° 1842 du 21/02/2020

CHIRURGIE AMBULATOIRE

PRATIQUE CANINE FÉLINE ET NAC

Auteur(s) : LORENZA RICHARD

LA RÉUSSITE D’UNE CHIRURGIE AMBULATOIRE DÉPEND DE LA PRISE EN CHARGE DE L’ANIMAL À DOMICILE PAR SON PROPRIÉTAIRE.

Les vétérinaires sont pionniers en chirurgie ambulatoire », a déclaré Denise Rémy, professeure en chirurgie, éthique et déontologie à VetAgro Sup, lors de la conférence sur le sujet donnée au congrès de l’Association française des vétérinaires pour animaux de compagnie (Afvac) le 30 novembre dernier à Lyon (Rhône). En médecine humaine, elle désigne une chirurgie programmée dans un bloc opératoire, avec sortie du patient dans un délai de 12 heures au maximum après l’intervention. « Elle constituait 32 % des chirurgies humaines en 2007 et en constituera 70 % en 2022 », selon Christophe Garin, chirurgien orthopédiste à l’hôpital Femme-Mère-Enfant de Lyon. En e et, les complications postopératoires sont réduites, les coûts diminuent pour les institutions, et les conditions de travail des équipes sont meilleures. En médecine vétérinaire, cela réduit le coût pour les propriétaires et évite l’hospitalisation, source de stress importante pour l’animal, préjudiciable à la cicatrisation et à la guérison. « Les animaux ne récupèrent pas plus vite que les gens, a ajouté Denise Rémy, mais remettre l’animal dans son cocon familial le soir même de l’intervention va dans le sens des progrès éthologiques, qui plaident pour des soins sans stress pour le bien-être animal. »

S’assurer du respect des consignes

Toutefois, les soins postopératoires nécessitent d’impliquer le propriétaire, et de s’assurer que ce dernier a compris et applique les consignes. D’après Stéphane Junot, professeur en anesthésie et analgésie à Vet Agro Sup, la mortalité imputable à l’anesthésie, tous risques de santé confondus, est de 1 cas pour 600 chiens et 1 cas pour 400 chats, contre 1 cas pour 200 000 hommes. La période à risque est le réveil et le postopératoire immédiat, surtout en raison de problèmes cardiovasculaires et respiratoires. Il convient ainsi de veiller au calme dans les locaux de réveil, et de trouver un compromis entre la narcose, un réveil rapide et l’analgésie. « La douleur n’est pas une fatalité de la chirurgie, et elle est toujours inutile », a assuré notre confrère. Le protocole analgésique postopératoire doit répondre à l’intensité de la douleur, allant d’anti-inflammatoires non stéroïdiens seuls ou complétés par des morphiniques, jusqu’à une polymédicalisation. « L’efficacité du traitement doit également être régulièrement évaluée, en apprenant au propriétaire à reconnaître les signes de douleur et à les évaluer à l’aide d’une grille, a-t-il ajouté. Détecter précocement l’échec d’un traitement évite la sou rance de l’animal et l’installation d’une douleur chronique. »

Un service de soins postopératoires ?

Ainsi, « les limites à la chirurgie ambulatoire sont la compréhension du propriétaire, sa compétence et sa disponibilité pour respecter les consignes de soins et l’observance du traitement, et son anxiété face à la douleur ou le comportement anormal de son animal », a constaté Denise Rémy. Pour elle, il serait intéressant d’instaurer en médecine vétérinaire une forme d’éducation thérapeutique des patients (ETP), comme cela est pratiqué en humaine. Souvent utilisée lors de maladie chronique, l’ETP permet d’impliquer les patients dans leur parcours de soins. En chirurgie, l’usage est d’expliquer de façon synthétique et rassurante, depuis la décision de l’intervention jusqu’à la sortie et le suivi, et est complété par un livret d’information. Notre consœur propose également d’assurer la continuité des soins par la création de postes de vétérinaires relais pour le suivi postopératoire des animaux à leur domicile, en déchargeant les propriétaires de cette responsabilité.

Après une intervention chirurgicale, éviter l’hospitalisation permet de réduire le stress de l’animal, tout comme le coût financier pour son propriétaire.© zoranm - iStock
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr