La Semaine Vétérinaire n° 1841 du 14/02/2020

DOSSIER

SERGE TROUILLET

VETO ACCESS N’A PAS RENCONTRÉ LE SUCCÈS ESCOMPTÉ. CELA NE SURPREND GUÈRE LES GRANDS RÉSEAUX INTÉGRÉS DE CLINIQUES VÉTÉRINAIRES EN FRANCE QUI ESTIMENT QUE LE MODÈLE ÉCONOMIQUE DU LOW COST N’EST PAS ASSEZ PERTINENT. À MOINS PEUT-ÊTRE, DISENT CERTAINS LIBÉRAUX INDÉPENDANTS, DE L’ENVISAGER SELON UN SCHÉMA LIBERTAIRE…

Commençons par un peu de sémantique. Ne confondons pas les modèles d’entreprise low cost et low price. Passons sur l’usage immodéré des anglicismes en la matière. Le premier repose sur une redéfinition du service ou du produit, orienté vers l’essentiel ; celle-ci permet une baisse des coûts tout en conservant une marge identique, voire plus élevée. Le second se caractérise par une pratique de prix plus bas, obtenus par diminution de la marge ou proposition d’un produit ou service de plus ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK