LOW COST : UN FAUX DÉPART - La Semaine Vétérinaire n° 1841 du 14/02/2020
La Semaine Vétérinaire n° 1841 du 14/02/2020

ÉDITO

Auteur(s) : CLOTHILDE BARDE

Fonctions : Rédactrice

Au-delà du domaine aérien, le modèle low cost est aujourd’hui présent dans de nombreux secteurs d’activité à destination des ménages : distribution alimentaire, jardinerie, coiffure, salle de sport, etc. À chaque fois, les entreprises appliquent la recette qui a fait son succès, à savoir une simplification à l’extrême de la promesse au client, recentrée sur le besoin “essentiel”. Or, si ce modèle trouve sa place dans certains secteurs, force est de constater qu’il n’est pas parvenu à conquérir une part significative du marché français. Et la profession vétérinaire en est l’illustration, avec la cession, depuis la fin de l’année dernière, du réseau de cliniques vétérinaires low cost Veto Access à ses licenciés. Créé en 2016 pour satisfaire une clientèle de propriétaires d’animaux « en rupture de soins pour des raisons économiques », ce modèle révolutionnaire s’est déjà essoufflé. Victime d’une incompréhension et d’une méfiance de la profession ? Modèle économique inachevé ? Manque d’une gestion centralisée ? Les hypothèses sont nombreuses. Dans un contexte où il est de plus en plus complexe de recruter de jeunes vétérinaires, on peut donc douter de la pérennité à terme de ce type de structures à moins d’en revisiter le modèle pour accroître son attractivité.

Lire le dossier pages 30 à 35.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr