La Semaine Vétérinaire n° 1841 du 14/02/2020

AVIS D’EXPERT

PRATIQUE CANINE FÉLINE NAC

VALENTINE CHAMARD

NE SE SUBSTITUANT PAS AUX APPAREILS D’OPHTALMOSCOPIE DIRECTE ET INDIRECTE, LA PHOTOGRAPHIE DU FOND D’ŒIL DEPUIS LE SMARTPHONE PEUT NÉANMOINS INTERVENIR DANS UN DEUXIÈME TEMPS, AVEC POUR PRINCIPAL AVANTAGE LA PÉDAGOGIE AUPRÈS DU PROPRIÉTAIRE.

En permettant la prise de photos et de vidéos de haute résolution - et leur transmission - le smartphone peut devenir un allié du praticien. Illustration avec Thomas Dulaurent, spécialiste en ophtalmologie au CHV Saint-Martin-Bellevue. Quel emploi faites-vous du smartphone dans votre activité ?Thomas Dulaurent : Je ne m’en sers que pour des applications très précises. Les appareils d’imagerie du fond d’œil que j’utilise au quotidien (KOWA RC-2 numérisée, notamment) sont couplés à un appareil photographique hybride compact Sony. Via une application, l’appareil ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK