RÉFORME DES RETRAITES : « OFFRONS UN CHIEN-GUIDE AU GOUVERNEMENT ! » - La Semaine Vétérinaire n° 1840 du 07/02/2020
La Semaine Vétérinaire n° 1840 du 07/02/2020

ÉCOLE NATIONALE VÉTÉRINAIRE D’ALFORT

COMMUNAUTÉ VÉTÉRINAIRE

Le 24 janvier, une partie du personnel de l’ENVA s’est rassemblée devant les grilles de l’établissement pour montrer son opposition à la réforme des retraites.

Pas assez payé pour faire grève », « Trop mal payé pour se taire », « On soigne les animaux mais on n’est pas des pigeons », étaient quelques-uns des slogans affichés sur les grilles d’honneur de l’École nationale vétérinaire d’Alfort (ENVA), le vendredi 24 janvier, en réponse à la réforme des retraites voulue par le gouvernement. Cette action collective a été organisée par une partie du personnel de l’école, explique Aurélien Delmelle, manipulateur radiographie au centre hospitalier universitaire vétérinaire d’Alfort (Chuva), qui a participé au rassemblement. « Comme moi, de nombreux collègues sont opposés à la réforme des retraites. Néanmoins, ils n’étaient pas prêts à envisager un mouvement de grève qui aurait eu pour conséquence une perte de salaire, précise-t-il. Par ailleurs, nous ne souhaitions pas nuire au bon fonctionnement des services de l’hôpital ni aux étudiants que nous encadrons. »

Une action symbolique

De fait, il a été décidé d’organiser une action qualifiée de symbolique, entre 12 h et 14 h, dans une ambiance plutôt festive et placée sous le signe de l’humour, en témoigne notamment un masque à l’effigie d’Emmanuel Macron porté par un participant, qui simulait une personne malvoyante avec son chien-guide, illustrant littéralement le slogan : « Offrons un chien guide au gouvernement ». « Le mot d’ordre était d’être créatif autour de la thématique du monde animal », explique Aurélien Delmelle. En organisant ce “happening” devant les grilles de l’école, l’objectif était aussi d’être visible de l’extérieur. Les panneaux sont, de plus, restés affichés tout le week-end. Un film sur cette mobilisation a aussi été rendu publique sur la plateforme YouTube1. Si cette action portait sur la réforme des retraites, des problématiques annexes y sont indirectement associées. « Il faut savoir que près de la moitié du personnel du Chuva est contractuel, pour des postes fixes. Ces contrats précaires, tolérés et en constante progression au sein de la fonction publique, empêchent une certaine forme de mobilisation. Ils contribuent à une sorte de résignation collective masquant un ras-le-bol plus profond », constate Aurélien Delmelle. Malgré tout, le mot d’ordre de cette journée était uniquement la réforme des retraites2. Une cinquantaine de personnes ont répondu à l’appel, dont du personnel du Chuva, des enseignants, des administratifs ou encore du personnel technique des laboratoires. Seuls quelques étudiants, informés de l’événement, étaient présents. De nouvelles actions sont envisagées, associées à une plus grande sensibilisation et mobilisation de la communauté étudiante. 

1. www.bit.ly/395xccq

2. dans le document d’appel à la mobilisation, était indiqué que « le mot d’ordre de cette journée d’action concerne exclusivement le projet de loi de réforme des retraites sans autre revendication annexe. »

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr