La Semaine Vétérinaire n° 1840 du 07/02/2020

DOSSIER

TANIT HALFON

LES PROMESSES DES OBJETS CONNECTÉS SONT IMMENSES POUR LA SANTÉ ET LE BIEN-ÊTRE DES ANIMAUX, IN FINE POUR LE VÉTÉRINAIRE PRATICIEN. ENCORE FAUDRA-T-IL ENCADRER LEUR USAGE, CES TECHNOLOGIES NE FAISANT L’OBJET D’AUCUNE RÉGLEMENTATION NATIONALE OU EUROPÉENNE SPÉCIFIQUE POUR LE SECTEUR ANIMAL GARANTISSANT LEUR EFFICACITÉ ET INNOCUITÉ.

En 2018, un groupe de vétérinaires spécialistes en dermatologie publiait dans BMC Veterinary Research un article1 prouvant la capacité du collier connecté Vetrax à détecter le prurit chez le chien, permettant une détection précoce de ce comportement anormal, et donc apportant une aide au traitement, en particulier pour son suivi. « Les objets connectés portables et le machine learning offrent d’énormes avantages en médecine vétérinaire », concluent les auteurs de cette étude. Les objets connectés, un atout pour la santé animale ? Il ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK