LA CATÉGORISATION DES ANTIBIOTIQUES EST RÉVISÉE - La Semaine Vétérinaire n° 1840 du 07/02/2020
La Semaine Vétérinaire n° 1840 du 07/02/2020

AGENCE EUROPÉENNE DES MÉDICAMENTS

PHARMACIE

L’EMA encourage les praticiens à consulter les avis scientifiques mis à jour pour la nouvelle classification des antibiotiques.

L’Agence européenne des médicaments (EMA) avait ouvert, de février à avril 2019, une consultation publique sur son projet de révision de la catégorisation des antibiotiques. L’expérience acquise et l’émergence possible d’une résistance bactérienne appuient l’intérêt de mettre à jour la publication initiale de la catégorisation des antibiotiques en 2014. La révision prend en compte toutes les classes d’antibiotiques et inclut des critères supplémentaires comme la disponibilité de traitements alternatifs. Le groupe d’études ad hoc a aussi évalué l’impact de la voie d’administration sur la sélection de la résistance aux antibiotiques. Ses conclusions figurent dans une liste à prendre en compte lors de la prescription d’antibiotiques.

La catégorisation donne les exemples de substances actives par classe et inclut aussi la voie d’administration et le type de formulation triés selon leur impact estimé de la résistance bactérienne. Les vétérinaires sont invités à consulter l’infographie réalisée par l’ema lorsqu’ils établissent une prescription. Bien entendu, cette classification ne dispense pas de prêter attention au résumé des caractéristiques du produit (RCP), ainsi qu’à la législation et à la réglementation en vigueur.

Quatre catégories

La classification comprend quatre catégories de A à D :

la catégorie A (« avoid) comprend les classes d’antibiotiques non autorisées actuellement en médecine vétérinaire dans l’union européenne (UE). Leur utilisation chez les animaux producteurs d’aliments est interdite. Ils ne peuvent être administrés à des animaux de compagnie individuels que dans des circonstances exceptionnelles. La rifampicine, qui peut avoir les faveurs des praticiens lors de rhodococcose, figure dans cette catégorie.

la catégorie B (« restrict ») concerne les quinolones, les céphalosporines de 3e et 4e générations, les polymyxines (polymyxine b et colistine). Elle regroupe les antibiotiques d’importance critique en médecine humaine et leur utilisation chez les animaux doit être limitée afin d’atténuer les risques pour la santé publique.

la catégorie C (« caution ») couvre les antibiotiques pour lesquels il existe en général des solutions alternatives en médecine humaine dans l’UE, mais où, en médecine vétérinaire, il y en a peu. Ces antibiotiques ne doivent être utilisés que si aucune substance de la catégorie d n’est efficace. Y figure, par exemple, l’amoxicilline associée à l’acide clavulanique, alors que l’amoxicilline seule est classée dans la catégorie D.

la catégorie D (« prudence ») concerne les antibiotiques qui devraient être utilisés comme traitement de première intention, dans la mesure du possible. Ces antibiotiques peuvent être administrés avec prudence chez les animaux. Cela signifie que l’utilisation inutile et sur de longues périodes doit être évitée, comme le traitement en groupe, à limiter aux situations où un traitement individuel n’est pas possible. Y figurent, par exemple, les aminopénicillines (sans inhibiteur de β-lactamase), les tétracyclines, les sulfamides et associations, l’acide fucidique, le métronidazole.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr