La Semaine Vétérinaire n° 1840 du 07/02/2020

RECHERCHE

PRATIQUE CANINE FÉLINE NAC

ANALYSE

TANIT HALFON

LA DÉCOUVERTE D’UN VARIANT GÉNÉTIQUE IMPLIQUÉ DANS LA SENSIBILITÉ ANESTHÉSIQUE DU GREYHOUND, CHEZ DES RACES NON APPARENTÉES POSE LA QUESTION D’ASSOCIER PROTOCOLE ANESTHÉSIQUE ET ANALYSE GÉNÉTIQUE.

S’il est connu que les greyhounds et les races apparentées récupéraient plus lentement d’une anesthésie, les connaissances manquent encore pour expliquer cette particularité. Une nouvelle étude1, de l’université vétérinaire de Washington (États-Unis), vient d’apporter des preuves supplémentaires que ces races seraient déficientes en cytochrome CYP2B11, une enzyme hépatique participant au métabolisme de molécules anesthésiques, notamment l’hydroxylation du propofol. De plus, les chercheurs ont identifié des variants génétiques associés à cette déficience. Surprise de l’étude, ils se retrouvent aussi, mais avec ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK