LES GARDES : CASSE-TÊTE OU OPPORTUNITÉ DE DÉVELOPPEMENT ? - La Semaine Vétérinaire n° 1839 du 31/01/2020
La Semaine Vétérinaire n° 1839 du 31/01/2020

EXPRESSION

LA QUESTION EN DÉBAT

Auteur(s) : FRANÇOISE SIGOT

L’obligation déontologique d’assurer une continuité des soins aux animaux confiés est globalement perçue négativement par les vétérinaires, comme l’indique l’enquête du conseil régional de l’ordre des vétérinaires Nouvelle-Aquitaine de 2018 (plus de 700 praticiens interrogés).

Différentes approches existent (délégation, collaboration, etc.) Pour répondre à cette contrainte1.

GÉRER L’URGENCE EST UN VÉRITABLE MÉTIER

JEAN-BAPTISTE SCAMPS

Clinique vétérinaire du Tondu à Bordeaux (2 associés, 3 ASV)

Nous avons signé un contrat avec VetoAdom Bordeaux et Aquivet à Eysines, pour qu’ils assurent nos urgences la nuit, les dimanches et les jours fériés. Concrètement, nos clients peuvent composer le numéro de la clinique pour être mis en relation avec un vétérinaire coordinateur chez VetoAdom qui les oriente en fonction de la situation qu’ils décrivent. Globalement, nous avons des retours très positifs de la part de nos clients. Pour nous, cette organisation est également très satisfaisante. D’une part sur le plan physique, car ajouter des gardes à de longues journées est éprouvant. D’autre part, j’estime que gérer l’urgence est un véritable métier qui nécessite des équipements spécifiques et une organisation adaptée à cet effet pour prendre en charge les animaux dans de bonnes conditions. Toutes ces raisons nous ont donc poussés à opter pour une gestion externalisée de nos gardes.

UN SERVICE SUPPLÉMENTAIRE POUR NOS CLIENTS

PAULINE VACHERAND

Clinique des Aravis à Thônes (3 associées, 2 ASV)

Nous avons créé notre clinique il y a deux ans sur une activité mixte à dominante canine, en faisant le choix d’assurer nos gardes en interne. Cette organisation a été mise en place au regard d’éléments financiers, car les urgences représentent un apport non négligeable pour une clinique qui se lance, mais aussi pour apporter un service supplémentaire à notre clientèle. Les trois vétérinaires de la clinique se relaient les nuits et les week-ends pour prendre en charge les urgences. Nous sommes finalement assez peu sollicités en rurale et un peu plus en canine, notamment les week-ends. Même si cela représente des contraintes, nous maintenons cette organisation, surtout parce que nos clients en sont très satisfaits. Un quatrième vétérinaire va rejoindre l’équipe dans les prochaines semaines, ce qui permettra d’alléger nos emplois du temps.

DES GARDES ORGANISÉES ENTRE CLINIQUES

STÉPHANE MOREL

Clinique vétérinaire de Beaumont (2 associés, 3 ASV)

Sur l’agglomération de Clermont-Ferrand, les gardes sont organisées à travers l’association Agglomération Clermontoise Urgences Vétérinaires (ACUV), qui regroupe la quasi-totalité des vétérinaires associés du territoire. à ce jour, 47 vétérinaires représentant 26 cliniques adhèrent à cette association. Ainsi, chaque soir et chaque week-end, un vétérinaire assure les gardes pour l’ensemble de l’agglomération.

Concrètement, les clients qui appellent à la clinique sont mis en contact avec ce vétérinaire de garde qui les reçoit dans sa clinique si nécessaire. Cette organisation nous permet d’alléger nos astreintes puisque, en moyenne, chaque vétérinaire assure un à deux week-ends de garde par an et une nuit tous les 45 jours. De quoi maintenir un apport financier pour chacune des cliniques et satisfaire nos clients qui nous envoient des retours globalement positifs sur cette organisation.

1. Voir La Semaine Vétérinaire n° 1838 du 24/1/2020, pages 32 à 37.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr