La Semaine Vétérinaire n° 1838 du 24/01/2020

DOSSIER

CHANTAL BÉRAUD

À CÔTÉ DES TRADITIONNELLES GARDES, DES CLINIQUES VÉTÉRINAIRES METTENT EN PLACE UN SERVICE D’URGENCES, TANDIS QUE DES SOCIÉTÉS AYANT FAIT DE CE DOMAINE LEUR ACTIVITÉ EXCLUSIVE, PERMETTANT DE DÉLÉGUER CETTE TÂCHE, SONT DÉSORMAIS BIEN IMPLANTÉES. D’AUCUNS PRÉDISENT LE DÉVELOPPEMENT À TERME DE STRUCTURES DÉVOLUES AUX URGENCES, QUI PRENDRAIENT LE RELAIS DES “CLINIQUES DE JOUR”. À CONDITION DE POUVOIR EMBAUCHER DE JEUNES RECRUES.

Le malentendu principal entre le grand public et le vétérinaire, c’est que, visiblement, aujourd’hui, ils ne donnent pas du tout la même signification au terme “urgence” ! En témoigne le groupe Vetalia. Localisée en région parisienne, son équipe y effectue des interventions à domicile et d’urgence, 7 j/7, 24 h/24. Son fondateur, Christophe Le Dref, détaille les différents cas d’« urgence » tels que vécus par les propriétaires : « 5 % des consultations que nous voyons débouchent sur une hospitalisation immédiate. Le reste relève d’une urgence relative ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK