La Semaine Vétérinaire n° 1838 du 24/01/2020

ZOONOSE PARASITAIRE

PRATIQUE CANINE FÉLINE NAC

ANALYSE

TANIT HALFON

LES ÉTUDES TENDENT À MONTRER UNE EXTENSION DE L’AIRE DE DISTRIBUTION DU PARASITE. EN PARALLÈLE, UN PLUS GRAND NOMBRE DE CAS HUMAINS EST DÉTECTÉ. DES CONSTATS PAS SI SIMPLES À EXPLIQUER

Depuis 5 ans, 36 nouveaux cas humains d’échinococcose alvéolaire par an sont enregistrés contre 15 auparavant. Si la maladie reste plus fréquente dans les départements endémiques, en 2018, presque 25 % des cas ont été signalés par des centres hospitaliers situés en dehors de cette zone, contre 6 % jusqu’en 2012. En parallèle, les enquêtes de terrain tendent à montrer une extension de l’aire de répartition du parasite responsable, Echinococcus multilocularis, vers l’ouest et le sud de la France1. « Nous n’avons en ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr