La Semaine Vétérinaire n° 1838 du 24/01/2020

ZOONOSE PARASITAIRE

PRATIQUE CANINE FÉLINE NAC

ANALYSE

TANIT HALFON

LES ÉTUDES TENDENT À MONTRER UNE EXTENSION DE L’AIRE DE DISTRIBUTION DU PARASITE. EN PARALLÈLE, UN PLUS GRAND NOMBRE DE CAS HUMAINS EST DÉTECTÉ. DES CONSTATS PAS SI SIMPLES À EXPLIQUER

Depuis 5 ans, 36 nouveaux cas humains d’échinococcose alvéolaire par an sont enregistrés contre 15 auparavant. Si la maladie reste plus fréquente dans les départements endémiques, en 2018, presque 25 % des cas ont été signalés par des centres hospitaliers situés en dehors de cette zone, contre 6 % jusqu’en 2012. En parallèle, les enquêtes de terrain tendent à montrer une extension de l’aire de répartition du parasite responsable, Echinococcus multilocularis, vers l’ouest et le sud de la France1. « Nous n’avons en ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK