La Semaine Vétérinaire n° 1838 du 24/01/2020

PRATIQUE MIXTE

FORMATION

TANIT HALFON

Pour l’année 2018, 3 554 antibiogrammes d’origine porcine ont été transmis au Réseau d’épidémiosurveillance de l’antibiorésistance des bactéries pathogènes animales (Résapath), soit 6,4 % des antibiogrammes reçus (6e position). Ce nombre est en hausse de 3,7 % par rapport à l’année précédente. Les bactéries isolées sont issues de porcelets jusqu’au stade de post-sevrage (63 %) et de truies (10 %). Les verrats ne représentent que 0,2 % des antibiogrammes1. La maladie digestive est la situation la plus souvent associée à la réalisation d’un antibiogramme (42 %), suivie ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr