La Semaine Vétérinaire n° 1838 du 24/01/2020

PRATIQUE MIXTE

FORMATION

TANIT HALFON

Pour l’année 2018, 3 554 antibiogrammes d’origine porcine ont été transmis au Réseau d’épidémiosurveillance de l’antibiorésistance des bactéries pathogènes animales (Résapath), soit 6,4 % des antibiogrammes reçus (6e position). Ce nombre est en hausse de 3,7 % par rapport à l’année précédente. Les bactéries isolées sont issues de porcelets jusqu’au stade de post-sevrage (63 %) et de truies (10 %). Les verrats ne représentent que 0,2 % des antibiogrammes1. La maladie digestive est la situation la plus souvent associée à la réalisation d’un antibiogramme (42 %), suivie ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK