SANTÉVET LANCE LE TIERS PAYANT - La Semaine Vétérinaire n° 1837 du 17/01/2020
La Semaine Vétérinaire n° 1837 du 17/01/2020

PRATIQUE CANINE FÉLINE ET NAC

ANALYSE

Auteur(s) : VALENTINE CHAMARD

GRÂCE À UNE APPLICATION QUI PERMETTRA AUX PROPRIÉTAIRES D’ENVOYER LA FACTURE À L’ASSUREUR EN MÊME TEMPS QUE LA DEMANDE DE REMBOURSEMENT, LES VÉTÉRINAIRES SERONT RÉGLÉS DIRECTEMENT PAR LA SOCIÉTÉ, QUI PRENDRA PAR LA SUITE CONTACT AVEC SES CLIENTS.

C’est un pari émis à la création de SantéVet qui devrait devenir réalité en juin 2020 : à cette date, la société sera en mesure de proposer le tiers-payant à ses clients1. Grâce à une application, les propriétaires auront la possibilité de photographier la facture des soins vétérinaires et de l’envoyer à l’assureur en même temps que le formulaire de remboursement. La demande sera traitée en 48 heures. Le versement se fera directement et en intégralité au vétérinaire, puis la société prendra contact avec les clients pour le règlement du reste à charge, avec des facilités de paiement possibles. « Le but est de faciliter la vie des clients et des vétérinaires et de les sortir de la relation financière », promet Hugues Salord, directeur général de SantéVet.

Allemagne, partenariat avec les éleveurs, prévention

Parmi les autres axes de développement annoncés par la Compagnie des animaux (qui regroupe les marques SantéVet, Bulle bleue et Jim&Joe) à l’occasion du congrès de l’Association française des vétérinaires pour animaux de compagnie (Afvac), qui s’est tenu fin novembre à Lyon (Rhône) : son implantation l’été prochain sur le marché allemand. « Le niveau d’assurance en Allemagne est aujourd’hui semblable à celui de la France, avec 5 à 6 % d’animaux couverts. Il est raisonnable de penser que ce taux pourra atteindre 10 % dans les cinq années qui viennent », poursuit Hugues Salord.

Cette ouverture à l’international n’occulte pas les projets dans l’Hexagone, puisque les programmes d’accompagnement PartnerVet (travail sur la relation client) et PreventionVet (axé sur la médecine préventive) seront reconduits en 2020. Par ailleurs, un partenariat a été conclu avec le Syndicat national des professions du chien et du chat (SNPCC). Il se matérialise par la proposition au client d’un éleveur de deux formules d’assurance, sans engagement, offertes pendant les trois mois qui suivent l’acquisition du chiot ou du chaton. Si cette formule a l’avantage de faire découvrir l’assurance santé animale aux nouveaux propriétaires, elle est aussi un moyen de « sécuriser le client qui fait la démarche d’acquérir un animal auprès d’un éleveur », précise Anne-Marie Roueil, présidente de ce syndicat, qui souligne également que la démarche permettra d’obtenir des données sur la santé des animaux après leur cession.

1. Un avis ordinal de mars 2009 stipule qu’ « une assurance médico-chirurgicale peut régler directement au vétérinaire le montant total ou partiel de ses honoraires en lieu et place du propriétaire de l’animal assuré dans le cadre de soins directs, concernant un animal en particulier, étant entendu que l’assureur s’interdit de sélectionner ou recommander les vétérinaires qui accepteraient ce mode de règlement de leurs honoraires et accepte de rembourser directement le propriétaire de l’animal en l’absence d’acceptation de ce mode de règlement par le vétérinaire traitant. Le propriétaire doit avoir accès à l’information transmise et donner son accord à la transmission des informations ».

© Merrimon - istock
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr