La Semaine Vétérinaire n° 1837 du 17/01/2020

DOSSIER

LORENZA RICHARD

ÉLÉMENT DE STRUCTURATION DE L’OFFRE VÉTÉRINAIRE ORGANISÉE AUTOUR DE LA GESTION DES “GARDES” PAR LE PASSÉ, LA PERMANENCE ET LA CONTINUITÉ DES SOINS EST DÉSORMAIS L’OBJET DE NOMBREUSES CRISPATIONS AU SEIN DE LA PROFESSION. ELLE EST UNE CONTRAINTE DIFFICILEMENT TOLÉRÉE, ET MÊME DIFFICILEMENT APPLICABLE DANS CERTAINES RÉGIONS. DEVANT LE RISQUE DE VOIR LE DISPOSITIF IMPLOSER, QUELLES SONT LES RÉFLEXIONS ET SOLUTIONS APPORTÉES ? QUELQUES RÉPONSES DANS CE DOSSIER.

La permanence et la continuité des soins (PCS), « au sens le plus communément compris, est la capacité de la profession vétérinaire prise collectivement d’assurer des soins aux animaux en situation d’urgence, quels que soient l’espèce, le lieu, le jour et l’heure », définit Jacques Guérin, le président du Conseil national de l’Ordre des vétérinaires. Elle est « ni plus ni moins que de la contrainte la plus forte qui pèse sur la profession vétérinaire », convient-il. Elle est en effet difficilement conciliable avec ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK