La Semaine Vétérinaire n° 1836 du 10/01/2020

JURISPRUDENCE

ÉCO GESTION

CÉLINE PECCAVY 

Afin de ne pas engager sa responsabilité, il est préférable pour le vendeur de signaler clairement tout souci chez un animal à l’acheteur , comme le montre cette jurisprudence.
Les faits Mme V est contactée en mai 2017 par Mme A qui souhaite faire l’acquisition d’un chiot. Le prix de 2 000 € lui est annoncé et il lui est également précisé que l’un des chiots est vendu à un prix inférieur, 1 200 €, en raison d’un souci de santé pendant sa croissance. Ce dernier a présenté une fracture de la mâchoire. Nommé Némo, il a été soigné et l’est toujours car son traitement ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK