La Semaine Vétérinaire n° 1832 du 29/11/2019

PHARMACOVIGILANCE

ACTU

MICHAELLA IGOHO-MORADEL  

En 2018, les vétérinaires étaient à l’origine de plus de 90 % des déclarations de pharmacovigilance faites à l’Agence nationale du médicament vétérinaire. Ils ont rapporté davantage d’effets indésirables chez l’animal.
Le nombre de déclarations de pharmacovigilance transmises à l’Agence nationale du médicament vétérinaire (Anses-ANMV) s’élève à 4 750, selon le rapport1 2018 sur la surveillance des médicaments vétérinaires en postautorisation de mise sur le marché, publié en octobre dernier. Cela représente une hausse de 14 % du nombre total de déclarations d’effets indésirables survenus chez l’animal ou l’homme à la suite de l’administration ou au contact d’un médicament vétérinaire, ou chez l’animal après avoir reçu, dans le cadre de la ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK