La Semaine Vétérinaire n° 1825 du 11/10/2019

SÉCURITÉ

PRATIQUE CANINE

L'ACTU

MYLÈNE PANIZO 

Les structures vétérinaires pratiquant la chimiothérapie devraient évaluer l’exposition aux médicaments cytotoxiques, respecter les mesures de prévention, former le personnel et vérifier régulièrement l’efficacité de leur protocole d’hygiène. Exemple avec les dispositions prises par le Chuva.
La cancérologie se développe en médecine vétérinaire du fait d’une médicalisation croissante et de l’allongement de l’espérance de vie des animaux de compagnie. Le centre hospitalier universitaire vétérinaire d’Alfort (Chuva) réalise, par exemple, une quinzaine de séances de chimiothérapie par mois. Les médicaments employés sont cytotoxiques de par leurs propriétés cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques. Leur utilisation est reconnue depuis la fin des années 1970 comme un risque professionnel. Les risques de contamination surviennent par voie cutanée ou par inhalation de ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr