La Semaine Vétérinaire n° 1822 du 04/10/2019

VIE PROFESSIONNELLE

ACTU

TANIT HALFON 

La fermeture du cabinet vétérinaire de Couiza a mis en exergue les difficultés inhérentes à l’exercice rural, et le spectre de la désertification vétérinaire. Au-delà du constat, les parties prenantes peinent à trouver des solutions.
Un sentiment d’extrême gâchis. » Frédéric Decante, vétérinaire rural en Lozère et secrétaire général adjoint au conseil régional de l’Ordre de l’Occitanie, semble lassé. Il faut dire que la fermeture récente du seul cabinet vétérinaire de la commune de Couiza1, dans le département de l’Aude, a révélé avec fracas toute la complexité d’exercer le métier de vétérinaire rural. Un véritable sac de nœuds, avec pour toile de fond la question du maillage vétérinaire en zone rurale. « ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK