La Semaine Vétérinaire n° 1820 du 20/09/2019

DOSSIER

CHANTAL BÉRAUD 

Le transport des animaux vivants de rente doit se conformer à une série de mesures respectant leur bien-être. Pourtant, des cas d’inaptitudes au transport, des souffrances, des blessures et même des morts sont régulièrement pointés du doigt. Des acteurs de la protection animale rendent compte du chemin à parcourir .
De 2009 à 2015, le nombre d’animaux de rente transportés à l’intérieur de l’Union européenne (UE) a augmenté de 19 %, passant de 1,25 à 1,49 milliard. La quantité de porcs, de volailles et de chevaux s’est accrue, alors que celle des bovins, moutons et chèvres a diminué. En théorie, ce trajet doit se conformer à une série de mesures respectant le bien-être animal (BEA). Pourtant, des dérives sont régulièrement dénoncées par des associations de défense des animaux. ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK