Un marché 2018 dynamique - La Semaine Vétérinaire n° 1818 du 06/09/2019
La Semaine Vétérinaire n° 1818 du 06/09/2019

MÉDICAMENTS VÉTÉRINAIRES

ACTU

Auteur(s) : MICHAELLA IGOHO-MORADEL 

En 2018, le marché français des produits de santé animale est estimé à 1 472 millions d’euros, en croissance de 3,02 % ( pet food inclus) par rapport à 2017.

En 2018, le marché français des produits de santé animale renoue avec la croissance. Il est estimé à 1 472 millions d’euros, en hausse de 3,02 % (pet food inclus) par rapport à la même période en 2017. L’année dernière, il n’avait connu qu’une augmentation de 0,46 %, deux fois moins qu’en 2016. Les statistiques de l’Association interprofessionnelle d’étude du médicament vétérinaire (AIEMV)1, publiées fin juin, confirment cette hausse pour toutes les espèces (animaux de compagnie, de rente, équins). Cette croissance est portée par le secteur des animaux de compagnie. Pour son suivi, l’organisme tient compte des médicaments vétérinaires (produits soumis à autorisation de mise sur le marché ou AMM) et des produits de santé animale hors AMM (produits d’hygiène, suppléments nutritionnels, aliments pour animaux de compagnie ou pet food, parapharmacie vétérinaire, etc.). Par ailleurs, les tendances 2017 du marché des ayants droit ne se confirment pas. Le chiffre d’affaires des vétérinaires a progressé de 3,27 % en 2018 (- 0,46 % en 2017). Celui des pharmaciens poursuit sa baisse et recule de 2,56 % (- 1,04 % en 2017).

Une croissance qui se maintient

Selon les données de l’AIEMV, le secteur des animaux de compagnie a connu une hausse stable en 2018. Hors pet food, il progresse de + 5,54 % entre 2017 et 2018 contre + 4,58 % entre 2016 et 2017. En incluant le pet food, sur la même période, sa progression passe à + 4,28 % entre 2018 et 2017 contre 3,79 % entre 2016 et 2017. Cette progression constante permet à ce segment de représenter pour la première fois plus de 40 % du marché en 2018 et plus de 55 % avec le pet food. Les ventes de produits de santé animale dans le secteur équin connaissent aussi une hausse à suivre de près. Il passe de + 0,17 % entre 2016 et 2017 à + 4 % entre 2017 et 2018. De même, le secteur des animaux de rente, qui a connu une baisse de 2,55 % en 2017, a progressé de 1,21 % sur l’année de référence. Cette tendance se ressent nettement sur le marché puisque ce segment représente 40,03 % en 2018 contre 42,20 % en 2016. Par ailleurs, la croissance du pet food est plus timide en 2018 (+ 0,90 %).

Toutes classes confondues

L’AIEMV note une progression pour toutes les classes thérapeutiques (à l’exception des endectocides, qui reculent de 2,21 %). Les vaccins représentent 19,58 % du marché. Cette classe a progressé de 5,01 % entre 2017 et 2018 (contre 2,12 % en 2017). Les antiparasitaires internes et les produits topiques ont respectivement gagné 2,36 % et 2,70 %. À noter que les ventes d’antibiotiques ont connu une progression de 4,18 % par rapport à 2017. Ils représentent 8,58 % des parts du marché. Mais ces données ne reflètent pas l’exposition des animaux à cette classe thérapeutique. L’organisme insiste également sur le changement des conditions de vente des antibiotiques depuis le 1er janvier 2015. Cette mesure « a fortement impacté le mode de valorisation de cette classe, rendant les comparaisons d’évolutions délicates ».

1 L’AIEMV réalise des statistiques et des études sur les ventes de produits commercialisés par les ayants droit adhérents, à savoir les laboratoires et les distributeurs. Elles ne sont donc pas exhaustives. Les quantités commercialisées (dont les produits gratuits) dans le circuit des ayants droit du médicament vétérinaire sont déclarées à l’AIEMV, puis valorisées selon un tarif conventionnel. Les chiffres obtenus ne reflètent pas les chiffres d’affaires réels, mais fournissent une très bonne indication des quantités consommées, des tendances et des évolutions du marché français, départements ou régions français d’outre-mer (Drom) et collectivités d’outre-mer (COM) compris. En complément, il s’agit des statistiques d’achats des ayants droit, qui ne présagent pas de la délivrance aux utilisateurs.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr